Littérature

Les dessous de l’affaire Dreyfus - L’homme de l’année, 1894

En 1898, Emile Zola publie dans L’Aurore un article incendiaire, J’accuse, dans lequel il prend fait et cause pour le capitaine Dreyfus. Cet officier alsacien de l'armée française avait été, quatre ans auparavant, injustement accusé d’avoir dévoilé des secrets militaires à l’Allemagne. Il semblerait en fait que le capitaine Dreyfus ait été désigné comme coupable au seul motif qu’il était juif.  Commence alors ce qu’on appellera "l’affaire Dreyfus" qui secouera l'opinion publique de l‘époque. Au final, Dreyfus sera réhabilité en 1906 et réintègrera l’armée française; il sera même nommé Chevalier de la Légion d’honneur.
La bande dessinée de Duval et Calvez nous invite à suivre cette histoire trouble qui aura fait couler beaucoup d’encre en son temps.Qu’est-ce que l’affaire Dreyfus ? Pour en savoir plus, c’est ici.

De nos jours, tous les lycéens français entendent parler au moins une fois de cette affaire pendant leur scolarité : Dreyfus est sur toutes les lèvres, mais que sait-on  du véritable déclencheur de cette affaire? Qui était-il ?

L’histoire a donné raison à Zola : le responsable de cette fuite de renseignements n'est pas le capitaine Dreyfus mais un certain Ferdinand Walsin Esterházy, officier d’infanterie criblé de dettes. C’est un pan de la vie de ce personnage trouble qui a inspiré la bande dessinée de Duval et Calvez. Voilà en quoi consiste l'originalité de cet album. Il ne sera question de Dreyfus qu'en filigrane,  car c'est au contraire ce personnage obscur, Estherazy, qui se trouve placé au centre du récit,  à la fois pion et rouage. Nous nous retrouvons ainsi plongés dans les remous de la IIIème République et d'un XIXème2 siècle finissant.

L'essentiel sur la IIIème République, c'est ici.

li989898_912
Esterhazy, notre "héros"

Ce  « fameux » Esterhazy est bel et bien à l'origine de la divulgation de secrets militaires à l'Allemagne : être ambigu, « contraint » de jouer les agents doubles afin de tenter de combler ses dettes de jeu.

Nous suivons les pérégrinations d'un antihéros dépendant des jeux d'argent, avide de parier sans cesse, gagnant parfois, perdant beaucoup et souvent. De là découlent tous ses déboires : toujours entre deux eaux, s'acoquinant tantôt avec les services secrets allemands, tantôt avec un journaliste antisémite notoire, Edouard Drumont, afin d'obtenir quelque argent contre des articles qu'il lui fournit. L'atmosphère du récit relève d'un polar à la française dans le décor du Paris d'antan, celui des cabarets, des maisons closes, des chemins de fer, des grands boulevards et des ruelles louches.  Nous y croisons mondaines et demi-mondaines, hommes de main harcelant Esterhazy, députés ambitieux venus réussir dans la capitale... Nous y rencontrons aussi hélas cette redoutable haine des juifs3.

Qui était Drumont ? Découvrez-le.

54_912
Edouard Drumont, journaliste français

Il est aussi question de scandales politico-financiers qui ont émaillé l'actualité de l'époque, telle l'affaire du canal de Panama. Le projet ambitieux qui consistait à creuser un canal reliant l'océan Pacifique à l'océan Atlantique, est confié à Ferdinand de Lesseps, auréolé d'un immense succès après la construction du canal de Suez. Mais l'ingénieur, cette fois, échoue pour des raisons diverses  (séisme, maladies qui déciment les ouvriers...) et ce chantier devient un gouffre financier. Deux hommes, Reinach et Herz, sont alors appelés à la rescousse par Lesseps afin de renflouer les finances.  L'un de ces deux hommes, Reinach, opte pour la corruption -de ministres- et provoque un scandale révélé par Drumont. Ce dernier retiendra essentiellement que Reinach et Herz sont juifs. Une occasion rêvée pour un antisémite convaincu...

87_912
Les travaux du canal de Panama

Pour en savoir davantage sur le scandale de Panama.

Cette bande dessinée, signée Calvez et Duval, se lit donc comme un feuilleton, dans une veine très française (qui fait un peu songer à l'esprit des romans de Zola ou de Maupassant). Nous sommes conviés à parcourir les éléments d'un puzzle historique et social. Comme dans une bonne recette de cuisine, tous les ingrédients y figurent : une période agitée, entre prospérité économique et scandales financiers,  l'antisémitisme, cancer qui rongeait déjà la France (l'Europe d'une manière générale), un antihéros trouble à souhait, un art du récit qui mêle illustrations, apartés pédagogiques et narration pure... Autant de raison de ne pas bouder ce petit bijou de la bande dessinée, un art qui se porte bien.

 

©Olivier Dalmasso – Centre international d’Antibes

Pour se renseigner :

1- L'homme de l'année est une collection d'albums dont chaque opus est consacré à un personnage et à une année marquante de l'histoire de France.

2- Sur le XIXème, siècle, on pourra lire avec plaisir Le Cri du peuple, de Tardi, qui,  d'après le roman de Jean Vautrin, retrace les soubresauts de la Commune, insurrection populaire survenue à Paris en 1870, suite à la défaite de la France contre la Prusse.

3- Au sujet des juifs et de la France, voir la magnifique saga Il était une fois en France, ou comment un juif roumain parti de rien parviendra à la richesse, au prix de compromissions et de contradictions de plus en plus insoutenables.

Partager

D'autres coups de coeur littérature

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40…

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…