Littérature

Et moi, je vis toujours... de Jean d'Ormesson

Dans la nuit du 4 au 5 décembre 2017, Jean d'Ormesson nous quittait. Un bel hommage national lui était rendu à l'Hôtel des Invalides, un crayon symbolique posé sur son cercueil l'accompagnait. L'écrivain laisse après lui une œuvre posthume sortie le 11 janvier 2018, Et moi, je vis toujours, qui nous raconte l'histoire du monde. Tour à tour homme ou femme, ce magnifique conteur revisite l'Histoire dans un roman qui ressuscite l'aventure des hommes et de leurs découvertes.

Jean d'Ormesson "Et moi je vis toujours" - Paru le 11 janvier 2018, éditions Gallimard

Ecrivain, journaliste, philosophe, académicien, haut fonctionnaire et...acteur

Jean d'Ormesson ne cachait pas son éducation privilégiée. Fils d'un père ambassadeur du Front populaire, il a un parcours sans entrave au cours duquel il accumule les diplômes (il sera agrégé et diplômé d'études supérieures de philosophie) et devient président du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines à l'Unesco. Sa carrière d'écrivain commencera réellement en 1971 où il recevra le Grand prix du roman de l'Académie française avec La Gloire de l'Empire (une fresque historique imaginaire). Deux ans plus tard, il sera élu académicien et fera campagne pour défendre la réception sous la coupole de Marguerite Yourcenar, la première femme admise à l'Académie française en 1980 ! Il dirigera Le Figaro de 1971 à 1974 avec la volonté de rajeunir le quotidien et d'en simplifier la lecture. Il a symbolisé une plume et un talent de journaliste parfois féroce, écrira de lui l'actuel directeur du Figaro, Marc Feuillée, sans pour autant se départir de son humour légendaire, sommes-nous tentés d'ajouter. On le retrouvera comme acteur dans Les Saveurs du palais un film (savoureux) de Christian Vincent où il interprète le rôle de François Mitterrand en 2012.

Auteur d'une quarantaine d'ouvrages, il a reçu en 2015 la récompense suprême de tout écrivain français, être édité dans la collection La Pléiade des éditions Gallimard.

Et moi, je vis toujours

[Longtemps j'ai erré dans une forêt obscure. J'étais presque seul. Peu de voisins, pas d'amis.] P.11 Ainsi commence l'Histoire, le narrateur vit de cueillette et de chasse. Plus loin, [Après des jours, des mois, des années, des siècles, nous sommes parvenus sur les bords d'un fleuve qui nous parut immense.] P.21 c'est au bord du Nil que se développe l'agriculture et l'écriture.

 Puis, ce fut le printemps de l'histoire : [ce qui faisait, à nous les Grecs, notre force en face d'eux, (des Barbares), c'était la mathématique, la géométrie et l'art de la parole que nous avions poussé assez loin à l'aide de cette puissance mystérieuse que vous avez déjà découverte en Egypte et qui sortait à peine de la petite enfance : l'écriture.] P.30

Les Romains prennent la suite : [L'ordre, la sécurité, une forme de paix imposée règnent tout autour de la Méditerranée. Le commerce, les lettres, la civilisation progressent.] P.44, avant d'être [balayés par les Barbares qui, à la seule exception des Huns, étaient tous chrétiens.] P 48. Les Grecs et les Romains connaissaient l'amour bien sûr, mais [Avec ce que vous avez appelé, chez vous, le Moyen Âge, l'amour fait une entrée remarquée sur la scène de l'histoire.] P.57

Viendra ensuite la découverte du Nouveau monde, [un épisode bouleversant de l'histoire des hommes. L'équilibre du monde change. Sa figure se modifie.] et cinquante ans avant, l'invention de l'imprimerie à Strasbourg, [un événement d'apparence modeste et plus important encore que l'épopée des caravelles et la découverte de l'Amérique] P.119

Le conteur continue ainsi son voyage à travers les âges de l'humanité, étayant son passage d'un siècle à l'autre de réflexions philosophiques sur les événements qui font l'Histoire et les figures qui la traversent.  C'est la science qui a le dernier mot, semble-t-il : [Appuyée sur une raison qui tonne, en effet, en son cratère depuis Descartes, et Newton, et Leibniz, et Darwin, et Pasteur, et Einstein, et Bohr et Heisenberg, la science a fait, comme prévu, table rase du passé. Et elle domine mon avenir et le vôtre dans un mélange formidable d'espérance et d'angoisse.] P. 264

L'écriture de Jean d'Ormesson est toujours élégante, jamais pompeuse. Un vrai délice ! Nous vous laissons découvrir un peu plus de ce brillant écrivain dont l'intelligence, la finesse et l'espièglerie n'ont pas fini de nous régaler.

 

© Sylviane Colomer - Centre International d'Antibes

 

 

 

Partager

Nos autres coups de coeur littérature

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40…

Peu connu du grand public, Francis Schull a été un proche de quelqu'un de bien plus connu, un humoriste acerbe et lettré disparu en 1988 et qui…

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…

Une grande nouvelle pour la littérature française et francophone est tombée le 9 octobre : Jean-Marie Gustave Le Clézio a obtenu le prix Nobel de…

Ce recueil de textes choisis mêle des lettres de civils, des textes d’écrivains ou d’historiens, des discours de personnalités politiques ou encore…

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…

Nous avons tous nos souvenirs de bancs d’école puis ceux que nos parents et nos grands-parents nous ont contés. Chaque génération a connu ses joies…

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Après avoir enseigné la sociologie à Strasbourg de 1973 à 1982 et publié cinq essais salués par Roland Barthes, Pierre Bourdieu et Jacques Derrida…