Edito du mois

"Gilets jaunes" jusqu'à quand ?

Par son ampleur, sa violence et ses racines, le mouvement de contestation des « gilets jaunes » a surpris bon nombre d'observateurs français et étrangers. Certains ont cru à une menace sérieuse contre l'ordre démocratique traditionnel, d'autres une déconnexion du pouvoir en France, d'autres encore un manque de dialogue social. En tout cas, ce mouvement reste l'expression « d'un ras-le-bol » qui touche une majorité de Français défavorisés, classe moyenne comprise.

Qu'en est-il après 8 semaines de manifestations ? On peut constater que, si la mobilisation sur le terrain faiblit, le scepticisme est encore de mise concernant la satisfaction des revendications. Les syndicats s'organisent pour prendre le relais tandis que le « confusionnisme » du mouvement des gilets jaunes laisse présager d'une dé-coordination pour la suite. Cependant, comme le soulignait Alexandre dans son édito de décembre 2018, nous ne sommes pas à l'abri d'une dérive vers le populisme, mâtiné de complotisme, et la réponse des jours qui vont suivre demeure encore préoccupante.

Pour tenter de trouver une solution de sortie de crise, le gouvernement annonçait le 4 décembre dernier la suspension pour 6 mois de trois mesures fiscales sur le carburant qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier, celle du contrôle technique des véhicules qui devait être plus cher et compliqué ou encore celle de l'augmentation des tarifs de gaz et d'électricité pendant l'hiver. Puis, dans un deuxième temps, il annonçait  la réévaluation du SMIC de 100€ en janvier 2019 et la mise en place d'une concertation nationale appelée Grand débat national pour, au-delà de la fiscalité, "permettre à toutes et tous de débattre de questions essentielles pour les Français". Ces décisions d'effet immédiat étaient censées ramener l'apaisement et la sérénité dans le pays. Restait à savoir si elles allaient suffire à apaiser les revendications des "gilets jaunes".

Un mois plus tard,  il semble que le mécontentement soit encore de mise. En effet, ce samedi 5  janvier, pour l' « Acte 8 » des manifestations des gilets jaunes, la mobilisation est à la hausse : 50000 manifestants à Paris et en province, soit presque le double du samedi précédent. Et si l'on considère les derniers sondages concernant la perception qu'ont les Français de ce mouvement, 55% souhaitent sa poursuite -ce sont surtout les classes populaires- contre 74% en novembre dernier, au tout début du mouvement. Les violences récurrentes seraient à l'origine de cette baisse mais le soutien aux gilets jaunes pourrait s'inscrire dans la durée, selon certains observateurs.

En somme,  à la question : où prendre l'argent pour faire fonctionner ce pays ?, le gouvernement s'était tourné une fois de plus, en période d'austérité, vers les gens; en l'occurrence, vers ceux qui ont besoin de leur voiture. Eux exigent aujourd'hui, que le gouvernement change de paradigme, que d'autres sources de financement soient trouvées, que la fiscalité soit plus juste et que cessent de se creuser les inégalités. Les yeux se tournent aussi vers l'Europe. Pourquoi les nouvelles multinationales telles que Google, Amazone et autres Apple échappent-elles aux impôts ?  On voit bien que les revendications ne se résument pas à la taxe sur les carburants, la crise est plus profonde et ne date pas d'hier.

Alors, que souhaiter en ce début d'année, sinon que les tensions révélées par le mouvement des gilets jaunes trouvent  des solutions acceptables pour tout le monde, autour de tables de négociations, et que cette phase de colère ne dégénère pas en violences gratuites !

Et pour finir contre vents et marées, Bonne année 2019 aux lecteurs et lectrices du Français & Vous !

 

© Sylviane Colomer - Centre International d'Antibes

 

 

 



 

Partager

D'autres coups de coeur edito du mois

Les statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) le confirment année après année, la France est et reste de loin, la première…

Suite du Grand chambardement, initié dans le numéro d'avril 2017. Ici, nous verrons les deux épisodes livrés au cours du mois de mai : l'

Avec les vicissitudes que traverse l'Espagne ces dernières semaines, articles ou cartes sur le régionalisme et les autonomismes en Europe ont…

En 1968, le monde était en pleine effervescence. Du Vietnam au Japon, en passant par le Brésil, le Mexique, les Etats-Unis et l'Europe, Allemagne