Littérature

Le tour du monde du roi Zibeline de Jean-Christophe Rufin, Gallimard

Jean-Christophe Rufin est bien connu des lecteurs français. C'est, cette fois, sur les traces de deux aventuriers du XVIIIè siècle, un aristocrate hongrois et sa femme russe et suédoise, que le romancier nous entraîne.

Jean-Christophe Rufin , Le tour du monde du roi Zibeline Gallimard, 2017, septembre 2018 en livre de poche (Folio n° 6526)

Jean-Christophe Rufin1 aime les itinéraires singuliers. Le voici renouant avec la grande tradition française du roman de voyage et du roman d'aventure : navigation dans les îles lointaines, intrigues et émeutes dans un camp de prisonniers en Sibérie (bien avant l'ère soviétique), amours tumultueuses mais aussi initiation philosophique et mondaine (les salons parisiens à l'époque des Lumières). Tels sont les éléments du cocktail que nous propose l'auteur.

Nous suivons donc les traces de ses personnages hors du commun par le tempérament mais classiques par leur formation. Auguste, le jeune noble hongrois, a été formé par un tuteur français, Bachelet, qui l'initie à la philosophie des Lumières. Cet enseignement se voulant éclairé se heurte à la vision martiale et à l'humeur sombre du père du héros, aristocrate des plus autoritaires. Auguste va croiser la route d' Anaphasie, une jeune noble d'ascendance russe. Le lecteur devine aisément quelle attirance s'ensuivra.

La trame, classique, se laisse suivre avec plaisir. Les rebondissements, plus ou moins vraisemblables, procurent tout le plaisir du roman, tout ce qu'on en attend : maladie miraculeusement guérie, rencontres improbables, adversaire à la fois nocif et presque bouffon que les héros prennent en pitié quand bien même ils doivent souffrir de ses machinations sans fin (un peu comme Raspoutine dans Corto Maltese), décors qui nous emmènent des forêts d'Europe de l'Est aux froides plaines sibériennes en passant par des îles connues ou inconnues. Aventure et dépaysement, une belle lecture pour cet hiver.

Il s'agit aussi d'un roman d'apprentissage, celui de l'amour pour Auguste, et non pas simplement de la passion et de la conquête. Quant à Aphanasie, son caractère va se forger au feu des épreuves, elle apprendra à faire éclore sa féminité, à jouer de son charme pour rendre Auguste jaloux et à consolider son amour pour lui. Elle deviendra une femme libre et indépendante, une véritable égale.

Petite touche d'originalité : les deux héros font la rencontre d'un Benjamin Franklin vieillissant à qui ils font le récit de leurs vies agitées. Ce n'est pas tout : on rencontre aussi Casanova, le célèbre séducteur vénitien. Le roman se lit comme une galerie de masques évoluant dans des situations plus ou moins convenues, comme dans tout bon roman d'aventure.

Jean-Christophe Rufin nous rappelle qu'au-delà du récit de l'intime et de l'analyse psychologique, la littérature française conserve  ce qui a toujours fondé le genre même du roman : les péripéties. Et ce, indépendamment du degré de crédibilité de ces dernières. Le rocambolesque des situations est ici parfaitement assumé.

Autre particularité : Auguste Beniowski a bel et bien existé et a laissé des traces écrites. L'auteur a lu de près ses récits de voyages et donne à cet illustre inconnu une postérité inattendue. Un autre indice qui nous rappelle que les Français ont et gardent le goût de l'histoire.

Suivons donc le périple de ce couple d'aventuriers qui se rendront jusqu'à Madagascar, et jusqu'à un dénouement que nous ne dévoilerons pas ici.

 

© Olivier  Dalmasso - Centre International d’Antibes

 

1. retrouvez ses deux précédents romans présentés dans le Français et Vous :

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur littérature

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40…

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…