Cinéma

L'incroyable histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier - sorti le 9 janvier 2019

Facteur Cheval.jpg

Si vous passez un jour par la région Auvergne-Rhône-Alpes, n'hésitez pas à faire un détour par le pittoresque village de Hauterives dans la drôme. Vous y découvrirez un Palais idéal classé Monument Historique en 1969 par André Malraux, alors ministre de la culture, au titre de l'art naïf. Il avait fait l'admiration des surréalistes en leur temps. En 2019, le cinéma rend hommage à son créateur avec le magnifique film de Nils Tavernier : L'incroyable histoire du Facteur Cheval que nous vous invitons à découvrir.

L'incroyable histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier - sorti le 9 janvier 2019
Avril 2019

A la fin du XIXème siècle, Joseph Ferdinand Cheval est un simple facteur qui effectue quotidiennement de village en village, à travers la campagne, une tournée de plus de trente kilomètres. La simplicité de cette vie endeuillée par la mort de sa femme et la séparation d'avec son fils, va prendre une dimension touchante : cet être solitaire, taiseux, voire étrange, est bouleversé lorsqu'il rencontre une jeune veuve, Philomène qu'il épousera. De leur union naîtra bientôt sa fille Alice en 1879. Joseph a alors 43 ans.

Pour cette enfant qu'il aime plus que tout, il va se jeter dans un pari fou. Lors de ses longues heures de marche, il imagine un palais féérique (sans doute inspiré par les magazines et les cartes postales qu'ils distribue) qu'il va lui construire de ses propres mains... Ce sont les pierres sur son chemin qui vont donner la matière première au projet du facteur Cheval. Il sera donc seul à le bâtir, 33 années durant, avec une ingéniosité (il armera ses sculptures de métal) qui va surprendre l'architecte venu observer la construction.

 Ainsi, en plein coeur de la drôme, va se dresser un monument de 12 mètres de hauteur et de 26 mètres de long, unique au monde, construit en dépit de toute règle d'architecture. Il va peupler ce palais d'un incroyable bestiaire (biche, caïman, éléphant, pélican, ours, oiseau), mais aussi de géants (un peu comme les sentinelles de l'île de Pâques), de créatures mythologiques, mais aussi de cascades, le tout dans des architectures inspirées de tous les continents.

 Ce récit est pudique, il avance au rythme de son héros, tenace et humble, qui, malgré les épreuves que la vie lui inflige (il verra disparaître Alice et Philomène, son fils aussi), trouve le courage de réaliser son rêve. Une aventure généreuse et terrienne où la douceur et l'humour ne sont pas en reste. Une belle histoire en somme.

 Ce doux rêveur, un peu lunaire, est magistralement interprété par un Jacques Gamblin époustouflant, tandis que Laeticia Casta campe naturellement une Philomène à l'écoute d'un mari "pas fait pour ce monde", à la grande bonté d'âme. De beaux et bons acteurs pour un personnage et une vie hors du commun.

 

© Sylviane Colomer - Centre International d'Antibes 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur cinéma

Les bons films récents portant sur des affaires criminelles ne sont pas légion. Une intime conviction semble pourtant déroger à cette règle. Ce film…

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

Deux jeunes gens se croisent sans se voir... Le réalisateur de Péril jeune (Film culte des années 90) et de L'Auberge espagnole, Cédric Klapisch