Littérature

Bacchantes de Céline Minard - Editions Rivages, janvier 2019

Céline Minard a reçu le prestigieux prix franco-allemand Franz Hessel en 2011 pour So long Luise où le testament d'une vieille romancière glisse progressivement vers l'étrange et le fantastique, véritable libération de l'écriture. Puis, en 2014, celui du Livre inter pour Faillir être flingué où elle revisite avec panache le mythe de l'Ouest américain. Avec son nouveau roman, Bacchantes, elle nous plonge dans un univers de gangster, extravagant et drôle, servi par un style encore une fois parfaitement maîtrisé et convaincant.

L'histoire des Bacchantes, un polar de braquage, se déroule à Hong-Kong, à l'intérieur d'une cave à vin[1], un ancien bunker de l'armée anglaise. [Des bunkers enterrés à plus de 20 mètres de profondeur ne laissent passer ni vibrations ni lumière naturelle. Les bouteilles vieillissent mieux dans un environnement physique optimal. Physique et fiscal.] p.13. Le caviste, Ethan Coetzer, est un ancien ambassadeur sud-africain reconverti dans la gestion de cette bastille de grands crus mondiaux, d'une valeur estimée à 350 millions de dollars [et, jusque-là il s'en est félicité.] p.14

Jusqu'à ce que, à quelques heures d'un typhon annoncé, la forteresse ne soit attaquée et finisse sous le contrôle d'une bande. Jackie Thran, cheffe de la brigade d'intervention, doit répondre à trois questions [qui tournent en boucle : qui, comment, pourquoi? Pour la brigade d'intervention, la plus importante est « comment ». Pour Jackie et pour le négociateur, c'est « qui ». Pour Ethan Coetzer, c'est « pourquoi ». Mais pour tous, elles sont intimement et différemment liées.] […] [aucun d'entre eux n'a le début d'une piste.] p.17

Des indices laissent penser qu'il s'agit de  braqueuses. [Une main gantée apparaît, pose une bouteille au sol, la couche. Tandis que la main prend appui sur le vantail, un pied chaussé d'un escarpin noir sort de l'entrebâillement, se glisse sous le corps de verre et lui impulse un vif mouvement rotatif.] p.10 .et de « connaisseurs » car les bouteilles entamées n'ont pas été choisies au hasard. [Malgré la profonde vexation causée par le cambriolage, ( Coetzer) se sent une certaine affinité avec le ou les pillards qui ont si judicieusement sorti les bouteilles sans grand intérêt, et choisi de boire un chambolle-musigny et un romanée-conti de 1969...] p.20

Arrive le moment où les assaillantes apparaissent volontairement à l'écran de l'ordinateur de surveillance de Jackie, sur [une image video grand angle qui couvre l'ensemble du corridor d'entrée du bunker.] p.27 D'abord, Bizzie le clown [Ce qui frappe Marwan, au premier coup d'oeil, ce n'est pas le nez rouge mais la taille des chaussures que porte le premier personnage sur la droite de l'écran. Au moins du 46.] p.27, la grande Brune à ses côtés

[Jackie estime intérieurement 100-7O-95...] et la troisième, la Bombe [athlétique, hétérichromie, plus de soixante-cinq.] d'après le négociateur Marwan Cherry.p.28 Et l'on apprend, quelques pages plus loin, que ce trio a bénéficié du travail d'un complice, Illiad : [Le rat qui se déplaçait entre les bouteilles cassées monte lentement sur sa jambe gauche, passe dans son dos et vient s'installer sur son épaule.] p.32 Tandis que la Bombe menace de tout faire sauter : - «Vous ne pouvez plus entrer. Nous avons tout ouvert. Nous avons tout relié.  »

Croetzer, le seul sensible à « un sens caché » de ce braquage, propose en dernier recours d'aller lui-même directement au contact de ces prêtresses de Dionysos[1]. [Il est conscient de jouer sa vie, il voit le film à rebours et se retrouve devant la porte les bras ballants, vidé de toute intention.] p.59 Croetzer va bientôt voir sa vie chavirer dans une expérience d'ivresse quasi mystique. [Dès la première gorgée, ample, profonde, aromatique et tendue, Coetzer se sent bien dans son corps, confortable, les viscères en place, les poumons pleins d'espoir.] p.64 Et quand [la Brune lui présente les 15 flacons qu'elle a choisis pour son séjour en apesanteur] [...] [Coetzer est impatient] […] [impatient de se retrouver seul dans la présence massive de ses cent mille bouteilles avec la perspective, la promesse, des quinze flacons alignés devant lui comme autant de jalons sur un chemin mystique]  p.92 Dans ce monde entre ouverture et fermeture, sécurité et risque, isolement et communication, le héros va progresser dans la découverte de soi, entre le réel et l'illusion, la raison et la folie.

Dans ce parcours ludique, Céline Minard revisite les règles du polar mais aussi celles du roman initiatique. Et elle le fait avec beaucoup de talent, d'une écriture parfaitement maîtrisée, avec un large registre de langue magnifiquement adaptée à chacune des 105 pages de ce récit. Le rythme est enlevé, les dialogues sont percutants et drôles, on se laisse emporter dans ce thriller avec beaucoup de plaisir !

 

© Sylviane Colomer - Centre International d’Antibes

 

[1]A Hong-Kong, des caves privées veillent sur d'inestimables grands crus, jusque dans les anciens bunkers construits par les Britanniques en 1937. La restauration des 6 bunkers de Crown Wine Cellars (CWC) a été distinguée en 2007 par l'Unesco Asie Pacifique. Des caméras partout et des combinaisons de plongée exigées pour les employés ( pour qu'ils n'en ressortent pas plus lourds!) en font des lieux de sécurité absolue.

[2]Céline Minard adresse un clin d'oeil malicieux à la pièce éponyme d'Euripide, Les Bacchantes (405 av. J-C), dans laquelle Dionysos tentait de remettre les hommes à leur place.

 

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur littérature

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40…

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…